Frédérique Bredin directrice du CNC

Relancé par la controverse autour des films Netflix sélectionnés au Festival de Cannes, le dossier chronologie des médias serait en bonne voie.

« Nous sommes optimistes à faire évoluer les choses dans les mois qui viennent » a indiqué la présidente du CNC, Frédérique Bredin, lors de la présentation à la presse du bilan 2016, le jeudi 11 mai. « Le CNC a fait des propositions, notamment la SVOD à 22 mois (contre 36 mois aujourd’hui) pour les plates-formes vertueuses qui contribuent au fonctionnement de la création, de la promotion et de la diffusion des œuvres européennes », a-t-elle précisé. Elle a par la suite ajouté « Ce sont les professionnels qui doivent faire évoluer la chronologie. A eux de s’accorder. Les discussions continuent ».

Il faut rappeler que le Festival de Cannes a décidé de changer son règlement pour l’édition 2018, face au tollé suscité par la présence en compétition de films produits par Netflix destinés à une diffusion directe en SVOD. A présent, tout film souhaitant « concourir en compétition à Cannes devra s’engager à sortir dans les salles françaises ». L’obejt du litige est le modèle de diffusion de Netflix qui se heurte à la chronologie des médias française. Un film sorti en salles ne peut être disponible sur une plateforme SVOD qu’après une période de trois ans.
La société des auteurs et compositeurs dramatique (SACD) a appelé à une réforme de cette chronologie. La chronologie des médias reste inchangée depuis la signature de l’accord de juillet 2009.