Le groupe TF1 a signé un accord avec les syndicats de producteurs pour réaliser davantage d’oeuvres en interne ou en coproduction, ce qui lui permettra d’obtenir plus de droits d’exploitation.

Cet accord de quatre ans avec six syndicats de producteurs prévoit que le groupe, en échange d’un prélèvement inchangé de 12,5% sur son chiffre d’affaires publicitaire net éditeur, porte à 36% de ses dépenses de création les oeuvres «dépendantes» contre 26% actuellement.

Sur cette part, 26% des dépenses seront réservées aux filiales du groupe TF1, et 10% iront à des sociétés de production indépendantes, dont TF1 négociera les droits au cas par cas.
Les 64% restants seront produits par des sociétés indépendantes à 100%, dont TF1 n’est pas actionnaire, alors qu’il pouvait jusqu’à présent détenir jusqu’à 15% du capital et les décompter de ses obligations.
L’accord «marque une nouvelle étape dans les relations entre les parties, confirmant l’engagement dans la production d’oeuvres audiovisuelles françaises et européennes du groupe TF1, tout en donnant un cadre plus souple à ses investissements», a souligné la ministre Audrey Azoulay.

Les chaînes réclament depuis plusieurs années un changement des règles afin de pouvoir vendre davantage leurs productions en France et à l’étranger. Dans un accord semblable signé en décembre, France Télévisions a obtenu de pouvoir porter à 25% la part de ses dépenses de création dans les oeuvres «dépendantes», contre 5% auparavant.

Cette annonce devrait être suivie d’autres accords des producteurs avec M6 et Canal+.