LE CONCEPT

“En quête d’actualité” est présenté par Guy Lagache. Dans cette émission, Guy aborde des sujets qui préoccupent tous les français. Réunissant de grands reportages et des enquêtes de fond, l’émission réunit des éléments de réponses aux importantes questions de société aux téléspectateurs.

LE PROGRAMME

  • Diffusion : les mercredis à 20h50
  • Chaîne de diffusion : D8
  • Présentation : Guy Lagache
  • Production : Pallas, Let’s Pix
  • Format : 90minutes

LA VIDÉO

LE PRÉSENTATEUR

Guy Lagache

Atlantis Television - En quête d'actualité

Guy Lagache débute comme reporter pour l’agence Capa, aux émissions “24 heures” et “Carnets de route”. Par la suite, il entre à la rédaction de France 3, auprès de Christine Ockrent, où il devient reporter pour l’émission “France Europe Express”.
De 1995 à 1999, il est reporter pour M6 dans “Capital”. Il créé, avec Jean-Marie Goix et présenté par Laurent Delahousse, l’émission “Secrets d’actualité”.

Il devient présentateur, en 2003, pour le magazine de l’économie de M6 Capital. Depuis mars 2010, l’émission est déclinée en “Capital Terre” mariant économie et énvironnement. Il interview, après choix de l’Elysée, Nicolas Sarkozy en février 2009, avec Laurence Ferrari, David Pujadas ainsi que Alain Duhamel.

Guy Lagache quitte M6, après 16 ans de service. Il rejoint alors Direct 8, au poste de Directeur des programmes et de l’information. Il finira par présenter “En quête d’actualité” et “En quête de solutions”, après que Direct 8 ait été racheté par Canal+ et ait vu son nom changé en D8.
Rentrée 2013, “En quête d’actualité” continue, seul, à être diffusé. Septembre 2014, le CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel) met en garde D8 qui souhaite diffuser une enquête sur le Front National, tournée majoritairement en caméra cachée.
Guy Lagache, présente, à l’occasion du 70ème anniversaire du débarquement de Normandie, “Histoire interdite”, nouvelle émission qui obtient un score d’audience record pour D8.

L’interview

Source : le JDD

Qu’est-ce qui vous a motivé à revenir à l’antenne?
Je voulais revenir avec un magazine qui raconte le monde, les problèmes du quotidien mais surtout qui décrypte les solutions comme le fait En quête de solutions. C’est un vieux rêve. J’ai la conviction qu’avec le développement de la mondialisation, nous avons plein de choses en commun dans tous les pays. Si ‘j’ai des problèmes à Paris’, les solutions existent peut-être ailleurs. Cette émission a pour but de rendre le monde plus proche de nous.

En qûete de solutions sillonne la France et le monde pour tenter de résoudre des difficultés du quotidien. Comment avez-vous eu l’idée de ce nouveau magazine?
J’ai beaucoup voyagé ces cinq dernières années, pour Capital (M6) notamment. Dans Capital Terre, nous proposions des décryptages et des solutions mais uniquement sous le prisme environnement. Je trouvais intéressant de faire la même chose mais sous d’autres aspects.

«Je ne m’occupe pas de savoir si les autres font pareil»
Les deux magazines que vous présentez sur D8 ne sont pas sans rappeler des programmes de votre ancienne chaîne M6, comme Zone interdite ou Enquête exclusive…

D’un côté, nous proposons des enquêtes sur les problèmes des Français et de l’autre, avec En quête de solutions, nous abordons les solutions qui existent. Ce qui m’intéresse c’est de décoder, de comprendre. Je ne m’occupe pas de savoir si les autres font pareil. De toute façon, 500 journalistes peuvent traiter le même évènement, il y aura 500 histoires différentes. Je veux prendre le téléspectateur par la main, le faire évoluer et le rendre plus responsable. Je ne me demande pas si ça va ressembler à ce que font les autres.

Comment se démarquer alors et toucher le téléspectateur?
La force du magazine, ce qui lui donne une crédibilité, c’est le format. Avec des thèmes comme les ‘caïds des cités’ ou ‘les accidents de la route’, nous ne serons pas dans le spectaculaire mais plus dans l’explicatif. Bien sûr, nous raconterons des histoires humaines avant tout – il n’y a pas mieux -, mais nous aurons toujours en tête d’expliquer.

Avez-vous d’autres projets pour la chaîne?
Je ne peux pas en parler pour l’instant. Dans l’immédiat, nous essayons de développer davantage des magazines comme Au cœur de l’enquête. Désormais, on s’intéressera au travail des enquêteurs, à toutes les étapes, depuis le dépôt de plainte jusqu’à l’enquête.