LE CONCEPT

“Le monde de Jamy” regroupe une collection de documentaires inédits sur le thème du savoir et de la découverte. La connaissance devient une aventure après de Jamy Gourmaud, que tous les téléspectateurs connaissent bien. Les personnes qu’il interview, ses interlocuteurs, ont diverses métiers : ils explorent les fonds marins, les volcans, l’architecture des villes nouvelles… Toutes ces personnes apportent un savoir que Jamy transmet dans son émission. Toujours filmés dans des décors à couper le souffle, chacun des documentaires exprimer une vision du monde, mais nourrit aussi notre réflexion sur les défis importants que rencontre l’Homme au XXI siècle.

LE PROGRAMME

  • Diffusion : depuis le 7 mai 2014
  • Chaîne de diffusion : France 3
  • Présentation : Jamy Gourmaud
  • Production : Philippe Molins
  • Format : 110 minutes

LA VIDÉO

Le présentateur

Jamy Gourmaud

Jamy Gourmaud est diplomé de l’IPJ (Institut Pratique de Journalisme) en 1988. Dès 1990, il reçoit le prix du “Jeune Reporter” au Festival d’Angers, grâce à son émission sur les maternités roumaines.
Par la suite, de 1993 à 2013, il coprésente “C’est pas sorcier” sur France 3, aux côtés de Sabine Quindou ainsi que de son acolyte Frédérich Courant.
Il a aussi participé aux émissions “Vos questions, nos réponses” sur France 3, spécifique à la santé, auprès de Michel Cymes et Marina Carrère d’Encausse.

De 2008 à 2012, il présente “Incroyables Expériences” sur France 3, avec Tania Young, remplacée par la suite par Nathalie Simon. Il reçoit, en mai 2011, les insignes “docteur honoris causa” à l’Université de Mons en Belgique, toujours avec son acolyte, Frédéric Courant. Par la suite, il enseigne la vulgarisation des savoirs, et ce, à l’Institut des Hautes Etudes de Communication sociale à Bruxelles.
En 2014, il revient à la télévision avec “Le monde Jamy”.

L’interview

Pourquoi faire un numéro du “Monde de Jamy” sur les montagnes ?

Les montagnes, que l’on croit figées et immuables, sont en perpétuelle transformation. C’était important de poser un regard différent sur ces colosses vulnérables et de comprendre que cette beauté n’est pas due au hasard. La montagne est un milieu qui vit. Nous sommes notamment allées dans les Alpes pour comprendre les conséquences du réchauffement climatique ainsi que dans la Cordillère des Andes où il y a de la vie même à 4 000 mètres d’altitude.

Notre planète ne va pas très bien. Votre émission tire-t-elle la sonnette d’alarme ?

Le ton de l’émission n’est pas anxiogène car je voulais d’abord montrer le spectacle de notre nature. Bien sûr qu’il faut alerter, et notre émission est réaliste, mais pour faire naître une conscience écologique il est important d’expliquer comment on est arrivés à cette magnifique planète.

Vous avez un job de rêve. En avez-vous conscience ?

Je m’en rends compte tous les jours et j’en profite au bon sens du terme. Le jour où on n’est plus émerveillé, ça devient dramatique. Comment s’ennuyer devant un tel spectacle ? Il faut se laisser emporter par la beauté des choses et être contemplatif. Mais chez moi la contemplation suscite toujours le questionnement et l’envie de transmettre des connaissances.

Source : Metronews

Le Monde de Jamy : C’est pas fait avec trois bouts de ficelle

Les volcans ce mercredi soir, les grands bâtiments du monde dans le deuxième numéro, «Le Monde de Jamy» pense «big». « Cela n’a rien à voir avec «C’est pas sorcier», insiste Patrick Charles. C’est une grosse, grosse production que certains comparent d’ailleurs avec ce que faisait Nicolas Hulot. On pourrait aussi citer «Rendez vous en terre inconnue» de Frédéric Lopez, on joue sur les grands espaces, le côté spectaculaire. L’idée c’est d’emmener les téléspectateurs en voyage, comme dans un road movie». Mais sans le camion.

Le Monde de Jamy : C’est pas pour les enfants

En fait, c’est aussi pour les enfants, mais pas que. «On ne vise pas du tout la même audience, note Patrick Charles. «C’est pas sorcier» était dans les cases jeunesse, là c’est pour toute la famille. D’ailleurs on vise 2 à 2,4 millions de téléspectateurs, soit dix fois plus que ce que faisait “C’est pas sorcier” le dimanche matin. L’ambition est plus forte.»

Source : 20 Minutes